Faites un don Volontariat

Souvenirs de Mongolie

Justin Lacroix et Roger Purdue Février 20, 2018

La Mongolie! Son nom évoque des images d’empires anciens et de contrées lointaines. La plupart d’entre nous, cependant, ont une connaissance du pays limitée aux noms des redoutables Khans, Gengis et Kubilai, et au fait qu’Oulan-Bator est la seule capitale nationale dans le monde où il fait plus froid qu’à Ottawa.

Pour être franc, aucun d’entre nous n’avait inscrit la Mongolie sur sa liste d’endroits à visiter. Mais lorsque l’occasion s’est présentée, nous offrant ainsi la chance de voir cette légendaire partie du monde, nous l’avons saisie sans hésiter. Cette expérience s’est révélée être l’une des plus enrichissantes et inoubliables de notre vie, tant sur le plan professionnel que personnel.

Nous sommes deux statisticiens qui consacrons notre carrière au développement, à la production et à l’analyse de statistiques économiques à Statistique Canada. Le Ministère a été désigné (deux fois), par un jury d’éminents statisticiens réunis par le magazine The Economist, comme chef de file parmi les organismes nationaux de statistiques des pays industrialisés. Les agences de statistiques d’autres pays peuvent se targuer d’être « les meilleures », il reste que Statistique Canada est hautement réputée pour les pratiques exemplaires et les normes internationales qu’elle établit et fait respecter. C’est pour cette raison que la Mineral Resources and Petroleum Authority of Mongolia (MRPAM, l’autorité mongole des ressources minérales et du pétrole), avec qui SACO collabore, a demandé au Canada de l’aider à renforcer ses opérations statistiques.

En raison de notre expérience, les responsables de SACO (et de MERIT, le programme d’exécution en Mongolie) nous ont demandé d’offrir à la MRPAM de l’aide technique en matière de production, d’utilisation et de diffusion de statistiques sur les mines et le pétrole, ainsi que sur les répercussions économiques, sociales et environnementales.

Nous avons commencé par faire une recherche des faits, afin d’en savoir plus sur les activités et les objectifs de la MRPAM. Puis, au cours d’une période d’un mois, nous avons fourni des recommandations précises sur un plan d’action de 3 ans (que la MRPAM a accepté) visant à renforcer sa capacité statistique et le perfectionnement de son personnel. Dans ce contexte, un aspect important de notre travail consistait à établir un lien entre la MRPAM et le bureau national des statistiques, qui mène des enquêtes dans le secteur minier, élément primordial de l’économie nationale.

Notre travail ne nous a pas emmenés à l’extérieur d’Oulan-Bator; néanmoins, les fins de semaine, nous avons pu visiter certains lieux spectaculaires du pays. La Mongolie est connue pour ses vastes panoramas composés de collines (steppes) et de ciel bleu, où les bergers font paître de grands troupeaux de bovins, de moutons, de yaks et de chèvres.

Voici quelques-uns de nos souvenirs impérissables :
• Une excursion d’une journée à la statue de Gengis Khan de 40 mètres de haut, faite d’acier inoxydable brillant et surplombant la rivière Tuul. 

• Le temple de méditation bouddhiste Ariyabal, dominant majestueusement une vallée dans le parc national de Terelj. Nous avons eu droit à une véritable séance d’entraînement physique pour grimper jusqu’au temple, où nous avons eu droit à une vue magnifique sur la vallée en contrebas.

• Nous n’avons pas pu résister à la tentation de jouer au golf (comme nous l’avions fait en Afrique du Sud) avec notre collègue de SACO, Don Arsenault. Le terrain de golf de Riverside, longeant la rivière Tuul au pied de la chaîne de montagnes Songino Khairkhan, est un lieu incroyablement pittoresque. À notre grande surprise, le parcours comportait quelques-uns des meilleurs verts que nous ayons vus. Quant aux allées, c’était une autre histoire! Le vent soufflait tellement fort que les drapeaux flottaient à angle droit par rapport à leur tige… et tant pis si nous avons perdu presque trois douzaines de balles de golf!


• Un moment fort et inhabituel de notre voyage s’est produit au Wrestling Palace, pas seulement à cause de la lutte, mais également en raison de l’aspect cérémoniel de l’événement : l’invocation par le prêtre bouddhiste, l’interprétation de l’hymne national, les chants de gorge accompagnés d’une musique jouée sur des instruments à cordes traditionnels, ainsi que la présentation des juges et de chacun des lutteurs, qui étaient au moins 200. Six heures de lutte mongole ont suivi. Nous avons tellement aimé le spectacle que nous sommes revenus une semaine plus tard, accompagnés de notre collègue, l’expert culturel David Jones. 


• Peu de temps après notre arrivée, nous nous sommes perdus en revenant à pied à notre hôtel, du bureau de MERIT. Nous avons demandé notre route à quelques personnes, mais elles ne parlaient que le mongol. Heureusement, quelques instants plus tard, nous sommes tombés sur un homme courtois qui parlait anglais. Lorsque nous lui avons demandé notre chemin, il a insisté pour nous conduire à notre hôtel dans son véhicule. Lorsque nous lui avons offert une compensation en guise de remerciement, il a refusé, a souri et nous a souhaité bonne chance… C’est ça, l’hospitalité mongole!

• En Mongolie, les routes offrent un véritable spectacle. Les conducteurs se disputent sans cesse l’espace. Un jour, alors que nous nous rendions à la MRPAM, notre chauffeur a été contraint de rabattre à distance ses rétroviseurs extérieurs pour pouvoir se faufiler entre deux autres voitures, qu’il a frôlées de quelques centimètres à peine. Nous aurions pu serrer la main des passagers des voitures voisines!

• Nous avons aussi découvert une communauté d’expatriés dynamique au cours d’une soirée mensuelle de jeu-questionnaire organisée dans un pub par des expatriés canadiens, où nous avons rencontré, entre autres, des consultants miniers et des enseignants de l’école internationale. (Les « experts statisticiens », aidés et encouragés par David Jones, n’ont pas vraiment été les gagnants de la soirée, même si nous avons remporté la « cuillère de bois » pour être arrivés bons derniers!)

• Oulan-Bator offre de nombreux restaurants gastronomiques servant de la cuisine internationale et mongole, ainsi que des pubs irlandais, des restaurants indiens, coréens et français, de petits restos de hamburgers, etc.

• Le State Department Store, véritable institution à Oulan-Bator, est un grand magasin privé ayant déjà appartenu au gouvernement, et qui vend à peu près de tout.

• Une fin de semaine, Justin et sa femme ont été hébergés par une famille mongole, dans leur « ger » (yourte mongole). On leur a servi les meilleures boulettes mongoles de leur vie, avec du lait de jument fermenté. Ils se sont raconté des expériences et des histoires (avec l’aide du traducteur), et ont passé la nuit dans la yourte familiale.


• Les magnifiques habitants de la Mongolie : fiers, hospitaliers, courtois, dignes de confiance, curieux au sujet du Canada, et toujours prêts à pratiquer leur anglais. 


Au cours des quatre semaines que nous avons passées là-bas, les Mongols, qui sont des travailleurs acharnés et fiers, nous ont inspiré une profonde affection. Nous en savons un peu plus sur le pays et sa population composée de 3 millions d’êtres humains et de 70 millions d’animaux d’élevage. La rencontre d’autres volontaires de SACO, et le soutien reçu des membres efficaces du personnel de MERIT, dont le bureau est habilement dirigé par la Canadienne Cindy Fair, ont enrichi notre affectation. Avons-nous envie d’y retourner? Oui, sans l’ombre d’un doute!

info@saco-ceso.com 1-800-268-9052
Service d'assistance canadienne aux organismes Service d'assistance canadienne aux organismes. SACO | CESO est un organisme de bienfaisance enregistré (Numéro d’entreprise : BN 11883 0850 RR 0001). 700, rue Bay, bureau 800, C.P. 800 Toronto (Ontario) M5G 1Z6, CANADA | 1-800-268-9052 | info@ceso-saco.com © SACO-CESO 2018 • Tous droits réservés